Chaque année, 49 000 personnes décèdent des suites d'une consommation d'alcool. Par accident de la route, cancer, ou encore suicide. Non, mais moi je contrôle. Ah oui ? Sais-tu vraiment où est la limite entre boire et trop boire ? L'OMS considère qu'au delà de dix doses par semaine, soit 3 demis, 5 verres de vin, et 2 cocktails, et sans plusieurs jours d'affilée de totale sobriété, la barrière est largement franchie. Mais par delà la quantité, la question de la dépendance à l'alcool relève avant tout de ce que le verre apporte.


La confiance ? La béquille pour s'intégrer ? La boisson qui permet d'oser ? Le liquide qui devient un besoin pour s'amuser ? Et si je te dis : à partir de demain, des soirées sans alcool, des vacances sans alcool, un quotidien sans alcool. Alors ? Quelle est ta réaction ?


Et puis, ce qui entoure l'alcool. L'homme qui boit est charmeur, voire drôle ou cocasse lorsqu'il est ivre. La femme qui boit se laisse aller, se ridiculise, voire, risque l'agression. Elle l'aura cherché, non ? Non. L'alcoolisme débute bien avant qu'il soit trop tard. Dès lors que le verre devient un besoin et non plus un plaisir occasionnel.


> Anna et l'alcoolisme : personne ne le voit, personne ne le sait

> Les représentations sociales de l'alcool : un masculinisme à l'apogée

> La femme qui boit : sensuelle, soumise, ridicule ou en danger.

> La frontière entre boire et trop boire, comment la situer ?

> L'alcoolisme : une addiction similaire aux TCA


On se retrouve sur instagram pour en parler ... @marie_la_graine

Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/sois-sage-et-parle-fort.

 


See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.