Sois Sage et Parle Fort

Sois Sage et Parle Fort

Le podcast pour oser, pour se changer, ne plus se conformer, se cultiver, créer, partager.

Marie Arnoult

Rire, parfois pleurer, défendre nos opinions, débattre de sujets et anecdotes variées : culture, voyage, alimentation, santé, bien-être, développement personnel, environnement, psychologie ... Je suis Marie, et j'ai décidé d'arrêté d'être trop sage. Et de parler fort, de ce que j'ai envie, comme j'en ai envie. Avec vous. Pour nous. Instagram : @marie_la_graine

En cours de lecture

Clara, le regret d'être mère : "si c'était à refaire, je ne referai pas. Un amour trop grand pour être supportable" (Partie 1/2)

Clara n'a pas eu de traumatisme. Clara n'a pas eu d'enfance difficile. Clara a eu une grossesse heureuse. Clara n'a pas eu de difficulté à tomber enceinte. Clara aime profondément ses filles.


Clara regrette d'être mère.


La maternité épanouie est la plus grande arnaque de l'Histoire. Faire croire à tous et a fortiori, les femmes, que la parentalité est une fin en soi, que devenir mère apporte bonheur et épanouissement.

S'il est aujourd'hui toléré qu'on puisse ne pas vouloir d'enfant, la possibilité de regretter d'être parent n'est tout simplement pas admis. Il n'est pas question d'amour, car oui, il y en a de l'amour, mais plutôt du regret de ce qui entoure la maternité.


Ne plus jamais se réveiller l'esprit libre.

Devoir chaque jour donner à des êtres vivants toute sa personne.

Faire croire qu'on les aime de la même manière, alors que c'est faux.

Avoir l'air fort.e, tout le temps. Être disponible, chaque instant.

Aimer si fort que ça en est insupportable.


Première partie d'un échange puissant avec Clara, maman de deux filles qu'elle aime profondément, mais qu'elle aurait préféré ... ne pas avoir.


Rendez-vous sur instagram @marie_la_graine // Dans cet épisode : Le regret d'être mère, de Orna Donath

Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/sois-sage-et-parle-fort.

 


See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

En cours de lecture

Bande-annonce : Le regret d'être mère, avec Clara

Arrêtons de dire qu'il n'est pas possible de regretter la parentalité.

Arrêtons de croire que la maternité est la norme.

Arrêtons de chercher des causes à ces sentiments ambivalents.

Assumons et respectons ceux et celles qui déclarent que si c'était à refaire, iels ne referaient pas.


Il est temps de dénoncer le plus grand mensonge de l'Histoire. L'idée selon laquelle la parentalité apporte bonheur et épanouissement.


Rendez-vous dans quelques jours pour découvrir l'épisode...


PS : tu n'es pas seul.e


On se retrouve sur instagram : @marie_la_graine

Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/sois-sage-et-parle-fort.

 


See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

En cours de lecture

Grossophobie vs bodypositive : appropriation marketing, injonction à s'aimer et troubles alimentaires, avec Azilis (2/2)

Comment s'incarner entièrement, dans toute la force de sa puissance, quand la société tout entière ne veut pas de nous ? Comment peut-on réussir à devenir pleinement soi lorsque nous ne pouvons nous appuyer sur aucune représentation ? La société, les réseaux sociaux, les livres, les séries, les films : le gros est sale, paresseux, ridiculisé. Mais depuis quelques années, c'est un autre mouvement qui prend le pas : le bodypositive. Derrière l'image dorée de l'acceptation, c'est en réalité une belle appropriation marketing, réutilisée et déformée. Ce mouvement politique, créée pour défendre les minorités invisibilisées, s'est vu accaparé par ... des personnes normées. Avec Azilis @rosecitronvg.


  • Nourriture et émotion : c'est ok de manger ses émotions
  • Être vegan ou "échouer" : l'impitoyable communauté des VG
  • Choisir son mode d'alimentation EST un privilège que beaucoup ne peuvent se permet
  • Instagram : la tournure militante d'un réseau fondé sur l'image
  • Bodypositive et appropriation marketing : l'accaparation des personnes minces
  • Le droit au respect n'implique pas de devoir s'aimer
  • Le Instagram healthy : une communauté tout entière
  • De Buffy à Sex education : l'importance de la représentation de corps maigres, gros, handicapés ...variés


Viens par ici mon petit : @marie_la_graine // mon site Sois Sage et Parle Fort

Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/sois-sage-et-parle-fort.

 


See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

En cours de lecture

Grossophobie : la violence d'une société qui rejette le "hors normes" avec Azilis (1/2)

GROS ne doit plus être un gros mot. Et pourtant, notre société continue de rejeter un pan entier de la population. Selon l’enquête Santé et Itinéraire professionnel de 2010, le taux d’emploi des femmes obèses est inférieur de 10 points à celui des femmes non obèses. Le poids et la taille sont d’ailleurs les facteurs discriminatoires les plus souvent marqués en France, devant le sexe, l’âge ou l’origine.

Dans son livreGros n’est pas un gros mot", Daria Marx rappelle que rapporté aux statistiques, nous devrions logiquement avoir 10% de personnes obèses sur notre lieu de travail. Elle y exprime, entre autres, que les personnes grosses souffrent de préjugés infondés ancrés depuis des années dans l’inconscient collectif : manque de volonté, oisiveté, paresse, et qu’il "suffit" de vouloir pour perdre du poids ou contrôler son corps. 


Problème : la lutte contre l’obésité en France s’est focalisée sur le poids, sans prendre en compte les autres paramètres et en généralisant les situations. Or, il est admis qu’une personne en surpoids n’est pas forcément en moins bonne santé qu’une personne dont l’IMC est compris dans la fourchette dite “normale”, fourchette dont les critères sont très discutables.


Que signifie être gros / grosse ? Je prononce volontairement ce mot alors même que j’ai longtemps dit “rond” “ronde”. J’ai maintenant compris que ne pas prononcer le mot gros était déjà une forme de violence. Mais qui de mieux pour en parler qu’une personne directement concernée ? Azilis, plus connue sous le pseusdo @rosecitronvg, et moi-même avons décidé d'en parler, haut, et fort.


Dans cet épisode :

  • Invisibilisation des corps hors normes et grossophobie
  • Azilis : parcours d'une femme indépendante et gourmande
  • La blogosphère vegan : une communauté "healthy" loin d'être bienveillante
  • Sans sucres, sans gluten, sans ... plaisir ? Instagram, le monde merveilleux des TCA
  • Grossophobie : quand le milieu médical devient antipathique
  • Ignorer son corps : quand il est plus facile de ne pas s'y confronter


En parler, c'est déjà dénoncer. On se retrouve sur instagram : @marie_la_graine // @rosecitronvg

>> Je parle fort ici aussi<<

Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/sois-sage-et-parle-fort.

 


See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

En cours de lecture

Bande-annonce : Grossophobie, la violence d'un rejet

Depuis quand GROS est-il un problème ? Daria Marx le disait très justement : GROS n'est pas un gros mot. Un échange en deux parties, à découvrir lundi prochain, le 10 mai, avec une invitée touchante, forte. En attendant, je vous laisse découvrir un avant-goût de ce qui t'attend...


>> Viens ici mon petit, on est bien, promis : @marie_la_graine // Sois Sage et Parle Fort le site

Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/sois-sage-et-parle-fort.

 


See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.