Sois Sage et Parle Fort

Sois Sage et Parle Fort

Le podcast pour oser, pour se changer, ne plus se conformer, se cultiver, créer, partager.

Marie Arnoult

Rire, parfois pleurer, défendre nos opinions, débattre de sujets et anecdotes variées : culture, voyage, alimentation, santé, bien-être, développement personnel, environnement, psychologie ... Je suis Marie, et j'ai décidé d'arrêté d'être trop sage. Et de parler fort, de ce que j'ai envie, comme j'en ai envie. Avec vous. Pour nous. Instagram : @marie_la_graine

En cours de lecture

Grossophobie : la violence d'une société qui rejette le "hors normes" avec Azilis (1/2)

GROS ne doit plus être un gros mot. Et pourtant, notre société continue de rejeter un pan entier de la population. Selon l’enquête Santé et Itinéraire professionnel de 2010, le taux d’emploi des femmes obèses est inférieur de 10 points à celui des femmes non obèses. Le poids et la taille sont d’ailleurs les facteurs discriminatoires les plus souvent marqués en France, devant le sexe, l’âge ou l’origine.

Dans son livreGros n’est pas un gros mot", Daria Marx rappelle que rapporté aux statistiques, nous devrions logiquement avoir 10% de personnes obèses sur notre lieu de travail. Elle y exprime, entre autres, que les personnes grosses souffrent de préjugés infondés ancrés depuis des années dans l’inconscient collectif : manque de volonté, oisiveté, paresse, et qu’il "suffit" de vouloir pour perdre du poids ou contrôler son corps. 


Problème : la lutte contre l’obésité en France s’est focalisée sur le poids, sans prendre en compte les autres paramètres et en généralisant les situations. Or, il est admis qu’une personne en surpoids n’est pas forcément en moins bonne santé qu’une personne dont l’IMC est compris dans la fourchette dite “normale”, fourchette dont les critères sont très discutables.


Que signifie être gros / grosse ? Je prononce volontairement ce mot alors même que j’ai longtemps dit “rond” “ronde”. J’ai maintenant compris que ne pas prononcer le mot gros était déjà une forme de violence. Mais qui de mieux pour en parler qu’une personne directement concernée ? Azilis, plus connue sous le pseusdo @rosecitronvg, et moi-même avons décidé d'en parler, haut, et fort.


Dans cet épisode :

  • Invisibilisation des corps hors normes et grossophobie
  • Azilis : parcours d'une femme indépendante et gourmande
  • La blogosphère vegan : une communauté "healthy" loin d'être bienveillante
  • Sans sucres, sans gluten, sans ... plaisir ? Instagram, le monde merveilleux des TCA
  • Grossophobie : quand le milieu médical devient antipathique
  • Ignorer son corps : quand il est plus facile de ne pas s'y confronter


En parler, c'est déjà dénoncer. On se retrouve sur instagram : @marie_la_graine // @rosecitronvg

>> Je parle fort ici aussi<<

Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/sois-sage-et-parle-fort.

 


See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

En cours de lecture

Bande-annonce : Grossophobie, la violence d'un rejet

Depuis quand GROS est-il un problème ? Daria Marx le disait très justement : GROS n'est pas un gros mot. Un échange en deux parties, à découvrir lundi prochain, le 10 mai, avec une invitée touchante, forte. En attendant, je vous laisse découvrir un avant-goût de ce qui t'attend...


>> Viens ici mon petit, on est bien, promis : @marie_la_graine // Sois Sage et Parle Fort le site

Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/sois-sage-et-parle-fort.

 


See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

En cours de lecture

Télétravail : démotivation, intrusion ou ... révélation ? Partie 2/2

La vraie question n'est pas tant la possibilité de télétravailler mais bien notre capacité à ÊTRE, même seul.e ; à être encore plus attentif.ve à l'Autre qu'il.le est éloigné.e, de trouver l'équilibre entre présence et insistance, confiance et exigence ... et surtout, s'offrir du temps et se nourrir de ce qui nous fait réellement du BIEN.


Chez ceux et celles qui n'ont jamais eu à affronter leur propre solitude, l'expérience a pu se révéler désastreuse. Appels en masse aux psy, burn-out, démotivation, incapacité à se lever en temps et en heure, sentiment de perte de repères... En effet, nous n'avons ni la même autonomie, ni la même façon d'être au quotidien, ni les mêmes aspirations.


Mais au fond, que révèle les cas où le télétravail a été synonyme de souffrance ? Comment pouvons-nous interpréter ces écarts immenses entre les fans du télétravail et les déprimés du conf' call?


  • Inégalités marquées : une question de classe sociale, mais surtout de personnalité
  • Vie personnelle / vie professionnelle : quelle limite ?
  • Comment organiser sa journée : ma routine et journée type de télétravail
  • Autonomie, motivation et rythmes : une question de responsabilisation ?
  • Témoignages : d'étudiante à mère épuisée
  • Le sentiment de cocon et de bulle rassurante : à quel moment est-ce nocif ?
  • Incivilités numériques : GROS titres dans les mails et CC copie aux supérieurs
  • L'état psychologique des français, un an après : demain comment faire évoluer la situation ?
  • Mes astuces, impressions et retours d'expériences pour mieux vivre le télétravail
  • Le télétravail : révélateur des relations de travail toxiques


Et toi, qu'es-tu prêt.e à accepter pour ton travail ? Et surtout, qu'est-ce que ta perception de la situation révèle de toi ? Bonne écoute !


Viens donc me retrouver sur instagram @marie_la_graine // Site Sois Sage et Parle Fort


Sources :

Extrait "Les mails - ça suffit !"

Extrait "Fleur et 'l'hibernation" - Bambi 2

Rapports de l'INRS

Baromètre de la santé au travail (juillet 2020)

Ligne anonyme gratuite : 0 800 13 00 00

Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/sois-sage-et-parle-fort.

 


See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

En cours de lecture

Télétravail en France : l'histoire des patrons qui n'avaient pas confiance, sauce salariés sous-surveillance (1/2)

Télétravail. Ce doux mot que plus personne ne peut ignorer. Depuis un an maintenant, nous sommes tous plus ou moins assigné·es à résidence. Réunion en chausson, ambiance visio sur canapé, bonus niveau 3 si tu as des enfants à gérer et vis dans moins de 20².


Le télétravail a été pour certains toléré, accepté, voire adoré. Pour d'autres, ce fut le début d’une longue descente dans l’horreur de la surcharge mentale. Sans surprise, et pour ne pas changer, la France est en retard sur le sujet : un flou juridique total et une relation patrons-salariés basée sur la méfiance. Le tout à la sauce confinement, autant dire que c'était la fête du slip et des pétages de câble.


Nous avons dû nous adapter au mieux à ces nouvelles réalités : exit les pauses café et les embouteillages, bienvenue dans le monde merveilleux des conf'call, notifications à outrance et sensation de surveillance. Bonus de l'épisode ? Vos témoignages, à écouter et découvrir en fil rouge du podcast. Que tu aimes ou non le télétravail, que tu sois étudiant·e paumé·e, salarié·e déprimé·e ou super organisé·e, mets-toi à l'aise, tu vas kiffer. On se retrouve sur IG @marie_la_graine !


Programme de réjouissance

  • Employeurs - employés : suspicion ancrée, le salarié non visible = paresseux
  • Flou artistique du cadre juridique : leurs craintes, révélatrices de la méfiance
  • Le cas des étudiant·es : aujourd'hui nous sommes paumés
  • Intensification du travail, présentéisme, surinvestissement, incivilités numériques, overdose de notifications : que faire ?
  • Augmentation des inégalités : les femmes et les jeunes, premières victimes, pour ne rien changer
  • Messages interposés, interprétations, solitude vs routine, concentration et zénitude ?


Mais aussi syndrome de la cabane, sentiment d'isolement, ou au contraire... la révélation d'un nouveau mode de travail hybride intelligent, à condition de mettre en place quelques réflexes.

Merci à Anna, Claire, Cynthia, Lily, Marion, Mathilde, et Sabrina pour leurs témoignages.


-----------------

Baromètre de la santé psychologique des salariés français en temps de crise par OpinionWay,

Rapport INRS juillet 2020

"Ça suffit" - chaîne youtube

Numéro d'écoute anonyme et gratuit : 0.800.13.00.00

Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/sois-sage-et-parle-fort.

 


See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

En cours de lecture

Julie : Soignant‧es, notre vie compte autant que celle de nos patient‧e‧s (Partie 2/2)

Depuis quand l'hôpital public est-il devenu une entreprise ? A quel moment les services de soin sont-ils devenus des mouroirs où les gens ne savent pas s'ils pourront être soignés ? Que se passe-t-il le jour où le‧la soignant‧e passe de l'autre côté de la barrière, avec écrit BURN-OUT et PSYCHIATRIE en majuscule ?


Dans cette deuxième partie, Julie et moi parlons du soin sous un angle plus intime mais aussi politique : la réalité de l'hôpital public tel qu'il est, sans mensonge, sans les applaudissements hypocrites aux fenêtres, avec ses chambres manquantes et ses soignant‧e‧s au bout du rouleau. La réalité des services de psychiatrie, le parent pauvre de la médecine, qui voit les listes d'attentes rallonger. Et toujours la même chose : seuls ceux qui ont les moyens de payer accèderont aux soins.


Programme :

  • Infirmière en burn-out : quand les collègues disparaissent
  • Passer de soignant‧e à soigné‧e : quelle prise en charge ?
  • Money is money : notre santé est devenue un business
  • Soigne et tais-toi : l'injonction destructrice des formations de soignant‧e‧s
  • L'espoir : vous méritez autant que vos patient‧e.s


Le numéro d'écoute : 0 800 800 854 > Accessible 7j sur 7 et 24h/24.


Viens, on en parle ? @marie_la_graine // Sois Sage et Parle Fort Le Site

Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/sois-sage-et-parle-fort.

 


See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.