"Je le répète encore et encore : ceci est ton rappel hebdomadaire pour te dire que tu es une bonne mère."


La partie 1 de l'épisode semble avoir fait l'effet d'une révélation à certain.es, d'un soulagement pour d'autres : réaliser qu'ils.elles n'étaient pas seul.es, mais que peu osaient en parler.


Je suis à la fois très heureuse d'avoir pu donner voix à Madeline, et à la fois très inquiète. Je n'imaginais pas un instant toute la souffrance que peuvent traverser les mamans (et papas) perdus. Enfermés dans des croyances rigides, soumis à des injonctions culpabilisantes et toujours plus convaincantes. Face à tous ces témoignages de parents en burn-out, épuisés de la course à l'éducation parfaite, honteux de se mettre en colère, de perdre patience, de mettre le petit devant un écran, culpabilisant de s'octroyer un moment pour soi ...


Mais la dérive de la parentalité positive et ses excès ne sont-ils qu'une "tendance" malsaine de plus sur les réseaux sociaux ? En réalité, non. Les abus de la parentalité positive sont avant tout la conséquence d'une société profondément patriarcale, validiste, classiste et dans une dynamique d'oppresseur.


Dans cet épisode :


  • Réseaux sociaux : vices d'instagram, clans, influenceurs "famille positive"
  • Parents : face aux injonctions, méfiez-vous
  • L'éducation bienveillante : questions politiques, problématiques structurelles
  • Respect de l'enfant : quelle limite ?
  • Les solutions : se protéger, ne plus se sacrifier


Madeline et moi le savons: pour se permettre de l'ouvrir, il faut aussi être un peu sage. Un peu. Pour parler encore plus fort. N'oubliez-pas de venir nous dire ce que vous en avez pensé par message et de partager l'épisode autour de vous. Retrouvez Madeline sur instagram @madame_captain et moi-même sur @marie_la_graine

Soutenez ce podcast http://supporter.acast.com/sois-sage-et-parle-fort.

 


See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.